J’ai déménagé à Québec – Entrevue avec Will Evans

J’ai déménagé à Québec – Entrevue avec Will Evans

D’UN CAMP POUR GARDIENS DE BUT À LA PLANIFICATION FINANCIÈRE, WILL EVANS EMBRASSE LA VIE À QUÉBEC

Par Lyndsey Rosevear

Photo-Evans-WilliamL’aventure de Will Evans à Québec a débuté en 2004 alors qu’il participait à un camp de hockey d’été. Étant le gardien passionné d’une équipe universitaire des États-Unis, il était emballé de pratiquer avec l’élite de hockey de Québec et le réputé gardien « gourou » du nord. Il faisait des progrès dans son habileté à garder le but et il enrichissait son équipe dans l’État de New-York où il venait de commencer à étudier les affaires dans une petite université. Ce qu’il ne savait pas à l’époque c’était à quel point Québec éveillerait quelque chose en lui le faisait débuter une aventure qui changerait le cours de sa vie du point de vue linguistique, géographique et culturel.

Originaire de Skaneateles à New-York, Will Evans est un jeune professionnel résident de Québec éloquent et au bon sens de l’humour. Il a choisi Québec plutôt que Montréal pour avoir plus d’occasions de pratiquer le français et, ayant une affinité pour le hockey, il s’est facilement lié d’amitié avec les Québécois amateurs de sports. Lors de son voyage au nord pour son entraînement, il s’était fait quelques relations amicales et ensuite, il a bravement décidé de revenir. Cette fois pour étudier.

Le seul français dont était composé l’arsenal de Will était un cours de langue d’été qu’il avait suivi avant de débuter le programme en administration des affaires à l’université Laval. Armé seulement de ce cours et loin d’être bilingue, il est plongé tête première dans les eaux profondes de l’immersion complète espérant garder la tête hors de l’eau. Lorsqu’on lui parle du défi de la langue, Will rit : « C’était un peu fou, je l’admets, mais j’ai été chanceux. J’ai eu de la facilité avec la langue ». L’importance d’apprendre le français est toujours aussi présente pour Will, il sait que c’était l’une des plus importantes parties de sa transition à vivre à Québec. Être capable de parler la langue officielle de la province lui a permis de poursuivre ses études et sa carrière tout en s’intégrant à la culture locale.

Malgré son apprentissage rapide de la langue, la conversion en un québécois à temps plein ne s’est pas faite sans difficulté. Will témoigne franchement avoir dû « se frayer un chemin à travers les innombrables fastidieux règlements et lacunes administratives » lorsqu’il est arrivé. Il décrit une situation, maintenant avec humour, alors qu’il venait d’emménager dans le centre-ville et qu’il avait essayé d’obtenir une « vignette », un permis de stationnement, de la ville. L’agent du gouvernement l’avait informé de la documentation nécessaire à apporter pour être admissible. Puisque c’était les noms de ses colocataires qui figuraient sur le bail et qui étaient enregistrés pour toutes les factures, Will croyait qu’un relevé bancaire où figurait son adresse actuelle serait acceptable. Heureux de pouvoir finalement obtenir la vignette (et encore plus de mettre fin à toutes les contraventions pour stationnements illégaux), sa demande a été aussitôt refusée et les règlements lui ont été réexpliqués. Surpris par la rigidité administrative, Will a trouvé une façon de se conformer et d’éventuellement recevoir la vignette tant convoitée (et aussi de rapidement payer les contraventions !). Le souvenir demeure comme un exemple de la complexité du processus administratif de Québec et de la patience culturelle nécessaire afin de se développer dans un nouveau pays.

Débutant en tant que représentant commercial pour une compagnie de sport une fois l’université terminée, il a sauté sur une occasion d’accomplir son ambition de carrière de travailler dans le secteur financier. Alors qu’il donnait un cours de soir d’anglais, un de ses élèves l’a référé à son employeur et du coup, il commença à développer sa propre clientèle. Devoir sortir et rencontrer des gens lui ont permis de bénéficier du pouvoir du réseautage. Will est maintenant occupé à travailler sur ses propres comptes d’opérations financières et il explique : « J’ai travaillé très fort pour être ici et pour établir ce que je possède professionnellement ».

De son expérience personnelle, Will affirme que les gens qui essaient d’amoindrir ou d’invalider les qualifications professionnelles de ceux qui viennent de l’extérieur de la région représenteront toujours un grand défi. Will conseil « d’être fort face à ce genre de discrimination » et il suggère « de vous entourer de bonnes personnes, de personnes qui veulent vous voir réussir ». Il considère ceci l’une des raisons lui ayant permis d’atteindre ses objectifs puisqu’il a eu de gens qui l’on supporté et défendu tout au long de son intégration.

Socialement, Will évoque la difficulté à solidifier un bon cercle social au début. Il semblait que les gens se connaissaient tous du Cégep ou ils étaient ici temporairement pour apprendre un peu de français. Maintenant, encore plus qu’avant, il fait partie d’un cercle social grandissant et inspirant, où il prend plaisir à recevoir les dimanches pour la diffusion d’évènements sportifs pour supporter l’équipe de football les Buffalo Bills. Pour assouvir une insatiabilité gastronomique, il aime explorer de nouvelles venues culinaires avec ses amis dans la ville et aussi utiliser sa cuisine pour concocter de nouveaux délices maison. Il pratique les arts martiaux et l’entrainement en parcours et souligne son projet de « redonner à la communauté qui lui a tant donné » en entrainant de jeunes hockeyeurs l’an prochain.

Lorsqu’on lui demande de nommer un moment qui identifie si toute cette aventure en a valu la peine, Will relate pensivement les moments lorsqu’il pouvait partager sa vie à Québec avec sa famille qui lui rendait visite. Être capable d’avoir une conversation en deux langages en même temps, compléter son éducation, s’établir professionnellement et s’établir une vie dans un nouvel endroit sont des accomplissements importants dont n’importe quels parents seraient fiers.

Neuf ans depuis son premier voyage à Québec, Will s’est taillé un chemin en se basant sur le travail acharné et la persévérance. Quiconque ayant essayé de se créer une vie dans un nouvel endroit est familier avec les défis, les obstacles, les succès et les triomphes. L’histoire de Will Evans prouve combien transcender les frontières culturelles et linguistiques est nécessaire dans la poursuite d’une vie enrichissante et pour un futur prospère à Québec. Lorsque complètement acclimaté à un nouvel endroit, certains aspects vont être sensés et vont s’intégrer à votre vie, alors que d’autres ne s’intégrerons invariablement pas. Will conseille « d’accepter les choses pour ce qu’elles sont, de les embrasser et de s’amuser ». Neuf ans plus tard, il semble ne faire que cela.
………………………………………………………………………………..

Lyndsey_Rosevear_Headshot
Lyndsey shares her time between Quebec City, British Columbia, and travelling. She holds a BA in International Relations from the University of Calgary, focusing on security and strategy and a MA in Peace and Conflict from the European Peace University in Austria, focusing on human rights. She worked in the development sector for 8 years founding a non-profit organization in Nicaragua. She is a seasonal Forest Firefighter in British Columbia and currently lives in Quebec where she is studying French.

Categories: Français

About Author

LifeinQuebec.com

News from across Quebec. For more Quebec news, business, politics, sport, entertainment, opinion pieces, events and other information please visit our social media accounts: Facebook: facebook.com/lifeinquebec Twitter: twitter.com/lifeinquebec

Write a Comment

Only registered users can comment.