La Franc-Maçonnerie à Québec – Sous Votre Nez

La Franc-Maçonnerie à Québec – Sous Votre Nez

LIQ_Mag_Nov2013_CoverCet article à d’abord paru dans l’édition de novembre 2013 de Life in Québec Magazine.  Voulez-vous recevoir votre copie?  Abonnez-vous!

Deux fois par mois, sauf pendant l’été, quelques douzaines d’hommes se réunissent, la nuit, dans le Vieux-Québec. En montant la rue des Jardins, entre les grands bâtiments de pierre le long de la rue étroite, ils arrivent habillés en vestons et cravates, portant des petites valises, et convergent sur un bâtiment centenaire, marqué seulement par une équerre et un compas à côté de la porte.

Ils entrent par l’ascenseur, qu’ils doivent débarrer avec une clé spéciale pour accéder à l’étage le plus haut. Les hommes disparaissent ensuite pour quelques heures. C’est tout ce que l’observateur externe remarquera des activités de ceux qui s’appellent les francs-maçons.

La Franc-maçonnerie est probablement la fraternité la plus ancienne et la mieux connue du monde. Elle trace ses origines organisationnelles au moins jusqu’au début du 18e siècle, quoi que des références écrites de cette société remontent au 14e siècle. La longue histoire de la Franc-maçonnerie, ainsi que sa nature mystique et privée (que certains diraient même secrète), a souvent mené à des soupçons allant jusqu’aux théories de complots et conspirations, ainsi qu’à la méfiance et la persécution de certains gouvernements et communautés religieuses.

Plus récemment, cependant, la Franc-maçonnerie est entrée dans la culture populaire par l’entremise d’auteurs comme Dan Brown, qui utilisent la réputation de l’organisation comme base pour des thrillers modernes.

Aujourd’hui, les francs-maçons sont divisés en petits groupes, appelés des Loges, qui peuvent avoir entre sept et quelques centaines de membres. Chaque Loge appartient à la Grande Loge couvrant son territoire, qui elle assure le suivi des règles et gère les juridictions des Loges individuelles. La Grande Loge d’un territoire est en théorie égale à toutes les autres Grandes Loges, et souveraine et indépendante quant à ses règlements, mais en pratique la majorité des Grandes Loges en Amérique du Nord suivent de près les règles et méthodes de la Grande Loge Unie d’Angleterre. La Grande Loge de Québec, qui a ses quartiers généraux sur la rue Sherbrooke à Montréal, ne fait pas exception.

La ville de Québec a deux Loges répondant à la Grande Loge de Québec. Une d’entre elles, nommée Albion #2 (les Loges ont traditionnellement un nom et un numéro représentant leur origine et leur ancienneté), opère en français et est la plus vieille et plus nombreuse des Loges à Québec. La deuxième, St. John’s #3, est la Loge anglophone de Québec, et a célébré en octobre 2013 ses 225 ans. Les deux Loges se rencontrent dans le même bâtiment, sur la rue des Jardins dans le Vieux-Québec, le premier et troisième lundi du mois.

LiQ_Mag_Abonnez-vousLes francs-maçons sont généralement discrets à propos de ce qui se passe exactement lors de leurs réunions, préférant garder les détails de leurs activités privées. Ils décrivent simplement leurs buts comme étant de « faire de bons hommes des hommes meilleurs », par l’auto-amélioration, le bénévolat, la fraternité, et l’étude des plusieurs symboles et allégories complexes de la Franc-maçonnerie, basés dans les mathématiques, la géométrie, et l’architecture. Il devrait être noté que tous les francs-maçons sont des hommes (quoi qu’il y ait quelques Loges qui acceptent des femmes, mais qui ne sont pas reconnues par les Grandes Loges). Pour être admis à la Franc-maçonnerie, il faut aussi professer la croyance en une puissance spirituelle supérieure – que se soit Dieu ou quelque chose d’autre. Ceci étant dit, les francs-maçons affirment que leur organisation n’est pas une religion et qu’elle n’a aucune affiliation politique. En fait, les discussions politiques ou religieuses sont proscrites lors de leurs réunions.

Les hommes de tous les horizons, peu importe leur richesse ou leur position sociale, sont les bienvenus. La plupart des membres ne font pas connaître leur affiliation à l’extérieur de leurs familles immédiates (et préféraient ne pas être nommés dans cet article), préférant garder leurs motivations et participation à eux-mêmes – quoi que si on leur demande, ils sont très contents d’en parler. « Ça fonctionne mieux comme ça » explique un membre, « parce qu’il y a des choses qui sont plus faciles à comprendre si on n’essaie pas trop d’en parler. C’est très personnel. »

Dans le même ordre d’idées, les francs-maçons ne recrutent pas, et ne font pas de publicité, préférant laisser les hommes curieux approcher l’organisation par eux-mêmes. « Tout homme qui veut se joindre à la fraternité n’a qu’à nous contacter et nous le demander, et on s’en occupe à partir de là » explique un membre. Le processus d’application prend normalement quelques mois, et implique des rencontres avec des membres existants qui feront rapport à la Loge pour un vote. Afin d’être acceptée, une application doit être approuvée de façon unanime. « En pratique, cependant, quand un candidat passe à travers le processus d’entrevue, ils sont presque toujours acceptés. »

Les Loges ont occasionnellement des activités ouvertes à tous. Récemment, St. John’s #3 a invité les membres du public à participer aux célébrations de leurs 225e anniversaire. St. John’s et Albion sont souvent les hôtes de journées portes ouvertes et de soirées formelles – souvent une chance pour les familles et amis de francs-maçons de voir à l’intérieur du bâtiment et poser leurs questions aux membres existants.

Les groupes modernes essaient clairement de se défaire de leur réputation de « société secrète ». Comme un membre signale, « notre nom est sur la porte, et nous avons un site web avec toutes les informations nécessaires pour nous contacter. Il y a plein d’autre information disponible en ligne et dans des livres. Nous ne nous cachons pas, nous ne crions simplement pas du haut des toits nos activités non plus. »

Quand même, pour un groupe existe continuellement depuis plus de deux centenaires, les Loges maçonniques de Québec ne sont pas bien connues, même malgré la présence de leurs membres dans les activités communautaires, charitables, d’affaires, d’éducation, et un peu partout dans la société.

Comme n’importe quel autre groupe, la Franc-maçonnerie change avec les temps, devant faire face à un rythme de vie de plus en plus effréné, un monde d’attentes et de résultats instantanés, et de moins en moins de temps pour la contemplation et la réflexion. « D’une certaine façon, ça ne fait que rendre ce qu’on fait encore plus important » selon un membre. « La Franc-maçonnerie nous donne un moment de calme pour penser à ce qui compte vraiment, et comment nous pouvons faire du bien dans le monde. »

Categories: Français

About Author

Quebec News in English

News from across Quebec. For more Quebec news, business, politics, sport, entertainment, opinion pieces, events and other information please visit our social media accounts: Facebook: facebook.com/lifeinquebec Twitter: twitter.com/lifeinquebec

Write a Comment

Only registered users can comment.