Le nid de l’aigle à Québec: Tranche de vie du consul général des États-Unis

Le nid de l’aigle à Québec: Tranche de vie du consul général des États-Unis

LIQ June 2016 coverCet article est d’abord paru dans l’édition de juin 2016 de Life in Québec Magazine.

Abonnez-vous ici.

Par Pauline Stevens

Les États-Unis sont le premier partenaire économique du Canada, et des centaines de milliers d’États-Uniens vivent au Canada pour y travailler, étudier, vivre avec leurs familles, et plein d’autres raisons. En conséquence, les États-Unis ont sept consulats au Canada – à Vancouver, Calgary, Winnipeg, Toronto, Montréal, Québec et Halifax – en plus de l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Il y a une présence diplomatique des États-Unis à Québec depuis plus de 180 ans.

À l’origine, le rôle du consulat des États-Unis à Québec était surtout d’assister les marins en détresse et résoudre des problèmes reliés au transport des biens. Aujourd’hui, le consul général Hale VanKoughnett joue surtout un rôle diplomatique. Son bureau traite des demandes de visas touristiques et d’affaires pour ceux qui veulent visiter les États-Unis et offre des services généraux aux États-Uniens vivant dans la région. Le consulat travaille aussi de près avec le Ministère des Relations internationales du Québec. Lors de la visite récente du premier ministre Couillard aux États-Unis, par exemple, VanKoughnett a aidé avec l’horaire et a préparé des mémos et autres documents pour les bureaux gouvernementaux aux États-Unis, parmi d’autres tâches.

Un jour normal au bureau pour VanKoughnett commence à 8h30 avec une courte descente des escaliers – sa résidence et le bureau du consulat sont dans le même bâtiment, face à la Terrasse Dufferin dans le Vieux-Québec. En tant que diplomate, il est surtout responsable d’offrir de l’aide aux citoyens états-uniens pour des questions de routine et d’urgence. VanKoughnett dit qu’il aimerait s’assurer que les citoyens des États-Unis vivant à Québec ou en visite soient au courant des services offerts par le consulat : passeports, certificats de naissance et autres documents, informations sur l’impôt, vote à distance et références à l’aide juridique, entre autres.

D’autres tâches touchent la coopération intergouvernementale, particulièrement les questions de commerce et d’investissement transfrontaliers. Les États-Unis sont le partenaire commercial le plus important du Canada, et le Québec est le neuvième partenaire commercial en importance pour les États-Unis. « C’est incroyable qu’une province puisse être aussi haute sur la liste, » selon VanKoughnett. Le résultat est que son bureau joue un rôle de haute importance dans la relation économique entre le Québec et les États-Unis.  Cette relation représente 2 milliards $ d’échanges commerciaux par jour.

VanKoughnett et son bureau sont aussi capables d’aider les Canadiens avec des questions commerciales comme l’exportation, l’expansion d’entreprises canadiennes aux États-Unis et l’investissement dans des entreprises états-uniennes. Ils sont toujours intéressés à connecter avec des entreprises innovantes au Québec, surtout dans le domaine des technologies vertes.

Il note que suite à la baisse du dollar canadien, plus de touristes états-uniens visitent le Québec. Ce nombre devrait augmenter encore plus lors de la saison des croisières, quand son bureau sera encore plus occupé.

VanKoughnett observe aussi que même avec la baisse du dollar canadien, les Canadiens voyagent encore aux États-Unis, qu’ils soient des snowbirds en route vers la Floride, des gens qui font du magasinage dans les petites villes frontalières, ou des touristes traversant la Route 66. Il dit qu’il ne peut pas croire combien de Québécois il a rencontré qui ont fait cette route!

Hale VanKoughnett est entré en poste à Québec il y a trois ans, et son mandat se termine en juillet. Il va ensuite apprendre le vietnamien à Washington pour prendre un autre poste à Ho Chi Minh. Il dit que lui et sa femme Diane voudraient rester plus longtemps à Québec pour apprécier son histoire et ses plusieurs musées, restaurants et festivals. Il apprécie aussi la facilité avec laquelle il peut se déplacer en ville et la proximité de la ville aux États-Unis, ce qui facilite les visites du couple chez leurs fils à Boston et Chicago.

Les VanKoughnett ont pris le froid québécois de front et se sont mis aux activités d’hiver comme la raquette, le patin, le ski de fond, en plus d’être amateurs de course à l’année. VanKoughnett dit que sa femme et lui sont tellement tombés en amour avec la Vieille Capitale qu’ils considèrent s’y acheter une maison de retraite.  Ce qu’ils aiment le moins? L’idée de partir.

About Author

Pauline Stevens

Director of a reputable law firm in Québec City and entrepreneur since 1993, Pauline Stevens is the author of a number of articles on subjects that she is passionate about or that intrigue her. Featured in newspapers such as Le Journal de Québec, Le Journal de Montréal, Life in Quebec Magazine and Le Journal de l’Habitation, Pauline has other writing projects in the works.

Write a Comment

Only registered users can comment.